Sommaire

Table des matières

1. Approche lexicale
  1.1. Surdoué ?
  1.2. Scientifique
  1.3. Exotique
 1.3.1. Humaines
 1.3.2. Zoologiques



Notes










[1] in Understanding Your Life Through Color (1982).







[2] In la revue Marie-France, de mars 2007, reprenant le rapport de la commission d'enquête de l'Assemblée nationale relative à l'influence des mouvements à caractère sectaire et aux conséquences de leurs pratiques sur la santé physique et mentale des mineurs. Lien














[3] W. Ligier, in L’école face à la «petite noblesse» des en- fants «surdoués». Mediapart (07/2012). Lien.

[4] Gryson. In Le psychologue face à "la petite noblesse des enfants dits précoces". Mediapart (08/2012). Lien

[5] O.Revol. In Mon enfant est-il normal ? Vidéo (40 mn) MaxTV (05/2012). Lien.



1. Surdouement : approche lexicale

1.3. Le vocabulaire « exotique »


Le règne de l'égo étant ce qu'il est, pour se mieux se distinguer, chacun y va de sa propre terminologie, avec parfois une bien curieuse logique, voire une incohérence certaine. La fantaisie, l'exotisme et l'inventivité sont choses estimables en art, mais, dans ce domaine elles ont plutôt pour effet de brouiller le message et la compréhension, quand elles ne conduisent pas à des interprétations mystico- sectaires. Liste non-limitative :


1.3.1. Terminologies humaines

APIE : Atypique Personne dans l'Intelligence et l'Émotion [sic].
Le fait d'être atypique n'a de sens que par rapport à une norme dans laquelle n'entre pas le sujet. Dans ce sens, un enfant trisomique ou hydrocéphale est également atypique par rapport à la moyenne de la population, y compris « en intelligence et en émotion ». Cette définition peut donc s'appliquer aussi bien au déficient intellectuel qu'à la personne hystérique. Par contre, lier intelligence et émotion est intéressant, car une grande partie des problématiques posées par le surdouement provient du para- sitage émotionnel des capacités cognitives.

ASASA
« On appelle Asasa d'anciens Surdoués abîmés (abrutis) dans leur enfance par le Stress d'Adaptation aux non-surdoués. Les Asasas représentent l'immense majorité des Surdoués potentiels. Ils sont devenu des Asasas parce qu'ils ont coupé l'accès aux circuits corticaux (i.e. aux circuits de leur cerveau) qui leur assurait le surdon. Car l'usage de ces circuits leur procurait en retour essentiellement du distress, du stress négatif. » (sic !).

Définition par un « très haut QIs'la pète ». Un surdoué n'est pas potentiel, il l'est ou ne l'est pas. Par contre, il est de fait que des phénomènes majeurs d'inhibition intellectuelle peuvent masquer un très réel surdouement, y compris aux tests d'efficience intellectuelle. Il importe donc que le QI ne soit pas le seul critère. L'« immense majorité des surdoués » n'est heureusement pas constituée d'« abrutis » et les difficultés d'insertion sociales que certains rencontrent ne sont que transitoires et cèdent avec un accompagnement ciblé et respectueux. S'il est patent que le stress est un facteur inhibant des capacités intellectuelles, traiter les surdoués en difficulté par le mépris ne mène pas à la résolution de leurs problématiques et ne grandit pas l'auteur.

Indigo
Enfants indigo, aussi nommés « crystal » ou « arc-en-ciel », selon les élucubrations New Age de Nancy Tappe [1], qui affirme  avoir observé des « auras » de différentes couleurs autour de certaines personnes, dont la couleur indigo. Thèse développée dans The Indigo Children (Les Enfants indigo : Enfants du 3e millénaire), écrit en 1999 par Jan Tober et Lee Carroll. Les « enfants indigo » sont définis comme des enfants surdoués ou en échec scolaire (autistes, dyslexiques, hyperactifs, etc.), qui devraient être éduqués selon de nouveaux critères, car ils auraient « une intelligence et une maturité spirituelle supérieures » (sic). Mais, cette thèse, outre son absurdité scientifique, mélange des problématiques qui ne relèvent pas du même traitement et poser ces enfants, surdoués ou non, en enfants christiques ou messianiques est particulièrement dangereux :

« Hyperactifs, dyslexiques, ascolaires, ils sont les premières cibles du mouvement indigo. Cette idéologie à dérive sectaire fait croire aux parents que ces enfants sont des êtres supérieurs descendus sur Terre pour nous sauver. Très inquiétant : en France, les adeptes de ce mouvement se multiplient à grande vitesse » [2].

Pour avoir, en vingt ans, étudié, accompagné (individuellement ou collectivement) des centaines d'enfants et d'adultes surdoués, je ne dois pas avoir assez bonne vue, car je n'ai jamais pu observer la moindre aura de quelque couleur que ce soit. Je ne fume sans doute pas suffisamment hallucinogène. Par ailleurs, un enfant en échec scolaire n’est pas obligatoirement surdoué et un surdoué en échec scolaire ; les échecs scolaires ne sont pas dûs uniquement à des pathologies mais, le plus souvent, à des conditions éducatives, pédagogiques ou sociales par trop défavorables ou inadaptées à la personne.
          Les enfants surdoués ne sont ni des schtroumpfs, ni de petits hommes verts

« Pas plus intelligent, seulement différents ».
Cette thèse de J. Siaud-Fachin, très à la mode, pour cause de frilosité langagière, a pour but de masquer une réalité supposée dérangeante. Mais, 1/ chaque être issu de la génération sexuée est différent par nature, la différence n'est donc pas un discriminant en soi ; 2/ cette différence est issue de la mesure de capacités supérieures à la moyenne, donc mathématiquement  : un plus et c'est bien ce plus qui crée la spécificité. Le masquer plutôt que de l'expliquer ne nous semble pas la meilleure des attitudes, surtout quand on fait passer les tests qui donnent la mesure de ce « plus ». Paradoxal ! Voir : Mythes.

PESM : Personne Encombrée de Surefficience Mentale (sic !)
Mental désigne l'ensemble des facultés de l'esprit (du latin mens : esprit). Surefficience mentale, qui supposerait la surefficience de l'ensemble des facultés de l'esprit, est abusif. Par ailleurs, le terme « encombré » rappelle furieusement l'encombrement bron- chique et, si dans ce cas il suffit de tousser pour évacuer les glaires, en ce qui concerne l'intellect il n'y a rien à évacuer. Ce qui encombre, le plus souvent, la personne surdouée se situe plutôt du côté de l'émotionnel que du cognitif.

Petite noblesse de l’intelligence (La…).
Basée sur une prétendue « étude sociologique » de Wilfried Lignier [3], reprise par la psychologue-psychanalyste M.-C. Gryson [4], cette thèse complotiste réduit la question en termes politico-médiatiques, de lobbying forcené mené par les parents concernés auprès de l'État et rejette le phénomène dans la psychopathologie (dys...), la mauvaise éducation familiale et la frustration de parents nantis. Affligeant de méconnaissance du sujet. Voir : Mythes.

Sentinelles (enfants…).
Terme employé par O. Revol [5]pour définir les enfants surdoués. Si leur intellect et leur perspicacité en font des observateurs très souvent pertinents, mais pas toujours, les assimiler à des militaires en faction, les enferment dans une posture attentiste et statique, quand il faudrait stimuler chez eux une dynamique d'utilisation active de leur potentiel vers le talent. Il s'agit là aussi (comme chez J.S-F) de masquer « pudiquement » le plus au profit du « différent ».


1.3.2. Terminologies zoologiques

Faut-il en passer par des noms d'animaux pour décrire les personnes surdouées ? Est-ce de nature à permettre à ces personnes d'être mieux acceptées ou à mieux s'accepter ? N'est pas, hélas, Jean de La Fontaine qui veut.

Guépard
Transposition de Stéphane Tolan, sur le plan zoologique de la comparaison de Terrassier avec la voiture de course. Si la rapidité cognitive est bien réelle (quand tout va bien), elle s'accompagne très souvent aussi de lenteurs y compris cognitives (le temps de faire le tour de la question) ou motrices (Voir : Graphomotricité). Par ailleurs, les personnes surdoués ne sont guère des prédateurs.

Zèbres (Voir : Mythes).
Trouvaille  « capillotractée » de J. Siaud-Fachin, récusant les termes usuels et surtout celui de surdoué pour faire "différent" :

« Zèbres enfin pour sortir de ce vocabulaire, lourd de sens erroné et de mythes néfastes : ­intellectuellement précoce, précoce, haut potentiel, surdoué… aucun ne convient, aucun n’ex­prime ce qu’il faudrait, d’emblée, comprendre. »

Ce vocabulaire n'est ni erroné, ni mythique, il est scientifique. Il n'est lourd de sens que lorsque le sens n'en est pas expliqué, ce qui est aussi le rôle du/de la psychologue. Mais, est-il sûr que « zèbre » fasse mieux « comprendre d'emblée ce qui serait nécessaire ? ». Car, le surdoué n'est pas un quadrupède, non plus qu'exclusivement d'origine africaine, il ne migre pas, ne vit pas en troupeau et, enfin, ne présente pas naturellement de rayures. Les justifications zoologiques données montrent une mécon- naissance totale du domaine animal : le zèbre n'est pas plus atypique que n'importe quelle espèce animale, il n'est pas indomptable (il a été attelé), quasi-tous les animaux possèdent des marques individuelles distinctives de reconnaissance et, quand un zèbre courre, il ne devient pas « transparent » (sic), sinon les lions seraient morts de faim depuis longtemps....
      Malgré cette diatribe contre les termes scientifiques, l'auteur n'en cite pas moins deux de ses ouvrages :

« Psychologue clinicienne, j’ai publié deux ouvrages sur ces sujets : L’enfant surdoué, l’aider à grandir, l’aider à réussir, et Trop intelligent pour être heureux, l’adulte surdoué. ».

Comprenne qui peut ! Par ailleurs, intelligence et bonheur sont deux domaines indépendants, sans liens directs de cause à effet entre eux. Et puis, est-on « trop intelligent » ? À partir de quel QI ? Pour Qui ? Enfin, le fait d'être malheureux n'est réductible ni à l'adulte, ni aux surdoués. De plus, ce qui peut rendre malheureux n'est pas l'intelligence en soi, mais l'usage qu'on en fait, l'acceptation qu'on en a ou que les autres en ont. Il n'y a aucune fatalité à être malheureux quand on est surdoué. Nous connaissons bon nombre de surdoués heureux et épanouis, adultes et enfants.
•       
La terminologie psychologique est quand même préférable à la zoologique quand il s'agit de l'humain.