Sommaire

Table des matières

2. Surdoués et comportements
  2.1. Définition
  2.2. Le repérage
  2.3. Comportement global
  2.4. Somatisations
  2.5. Comportement scolaire
  2.6. Et avant trois ans ?

Notes

[1] Notamment, L. Vaivre-Dou- ret, in Le développement de l'enfant aux aptitudes « haute- ment performantes » (sur- doués), importance des fonc- tions neuropsychomotrices. ANAE, 2002.

2. Surdoués : un comportement différent

2.6. Le Comportement avant 3 ans


 D'après les études scientifiques [1], quatre comportements sont significatifs très tôt  :

• Dès la naissance, une capacité d’attention soutenue. Un bébé ne fixe le regard que quelques secondes, une fixation plus longue, concentrée, avec suivi du regard si la cible est mobile, sans sollicitation de l’adulte est un signe positif.

• Une plus forte tonicité des muscles du cou (redressement de la tête).

• Une prise de parole précoce (mais parfois tardive, en attente de maîtrise) avec une syntaxe bien en place et un vocabulaire riche .

• Une curiosité permanente (ce qui n’est pas sans danger : accidents domestiques).



Autant il est important de soutenir l’enfant dans son développement, autant il faut s’interdire de le sur-stimuler, car cela ne peut mener qu’à des issues fortement négatives à court ou moyen terme : dépression, révolte ou inhibition de soi par fusion dans la projection parentale et confusion identitaire.

Certaines théories aussi mégalocaliforniennes que pompafriquesques proposent aux parents de très jeunes enfants des stages collectifs de stimulation de leur progéniture, promettant surefficience intellectuelle et avenir brillant. C'est aussi inefficace et délirant que le fut la banque du sperme des prix Nobel, en matière de reconduction du "génie". Elles s'apparentent plus au dressage "en férocité" des animaux de cirque qu'à une éducation raisonnée(able). Ainsi, les récentes théories éducatives d'Amy Chua sur les prétendus bienfaits de "l'éducation à la chinoise", variante asiatique du stakhanovisme, ou celle du pasteur américain Michael Pearl vantant les bénéfices de la fessée "biblique". La médiatisation annuelle du plus jeune bachelier de France n'a pas non plus notre aval, un enfant surdoué n'est pas une bête de concours, ni exclusivement un intellect.
     
Il s'agit non pas de développer à tout prix les capacités productivistes et de soumission d'un enfant, mais d'en faire un adulte compétent certes, mais aussi épanoui, tolérant, ouvert aux autres et au monde.