Sommaire

Table des matières

4. Approche psychométrique
  4.1. Vers le test.
  4.2. La psychométrie.
 
4.3. Quel test et pourquoi ?
  4.4. Les  Wechsler
  4.5. L'anamnèse.
  4.6. La passation du test.
  4.7. L'analyse des résultats.
 
4.8. Leur restitution
  4.9 Les inventaires







4. Surdouement : Approche psychométrique

4.3. Quel test et pourquoi ?


L'on dispose de nombreux tests pour mesurer l'efficience intellectuelle, certains de champ large (KABC, Catell, NEMI...), d'autres très sectorisés (logique mathématique ou spatiale, fourchette d'âge limitée...). Aujourd'hui en France, ce sont les échelles de Wechsler qui sont les plus utilisées : large spectre d'aptitudes, fiabilité, large empan d'âges en trois séries, soit dans leur dernière version  :
 
• WPPSI IV (Wechsler Preschool and Primary Scale of Intelligence) de 2ans 6 mois à 7 ans ;
• WISC IV (Wechsler Intelligence Scale for Children) de 6 à 16 ans 10 mois ;  puis WISC V depuis novembre 2016.
• WAIS IV (Wechsler Adult Scale of Intelligence) de 16 à 79 ans et 11 mois.

Les Wechsler sont ré-étalonnés environ tous les 10 ans. C'est donc à ces tests que nous ferons référence ici.
 
Seuls les psychologues sont habilités à faire passer ces tests (les prétendus tests sur Internet ne sont pas valides). La durée de passation du test lui-même est en général de 1H30 à 2H, mais avec certaines personnes une durée supérieure est très souvent nécessaire, en fonction du stress examinal, de la fatigue, des angoisses...

Le test doit être précédé d'un entretien avec la personne (adulte) ou la famille et l'enfant, établissant l'anamnèse. Il est suivi d'un entretien de restitution des résultats dans les mêmes conditions, puis d'un écrit de synthèse portant une analyse fine des résultats obtenus avec mise en lien des différents scores obtenus.

Il existe de nombreuses raisons qui peuvent inciter à passer un test d'efficience intellectuelle, nous relaterons les plus fréquentes :
1. Difficultés scolaires persistantes ou se délitant.
2. Orientation ou réorientation scolaire ou professionnelle.
3. Difficultés relationnelles ayant pour origine l'intellect.
4. Certaines souffrances existentielles.
5. Certaines pathologies (déficience, anorexie, dépression...).
6. En dehors de toute difficulté, pour une meilleure connaissance de soi.

Si le test ne peut tout dire ou tout régler, c'est un bon outil de compréhension de soi et d'orientation vers une aide adaptée, si besoin.

Sommaire  •  ThémathèqueHaut de page