Sommaire

Table des matières

8. Accompagner
  8.1. La personne surdouée


















8. Accompagner

 8.2. La famille


Parents, voilà un métier bien difficile, que l’on exerce habituellement sans aucune autre formation préalable que la transmission trans- générationnelle et le souvenir de sa propre expérience d’enfant. Responsabilité d’autant plus difficile que l’on s’éloigne des valeurs sociétales moyennes. Le long fleuve tranquille imaginé peut se muer rapidement en torrent tumultueux.
        Pleuvent alors les conseils bien avisés de l'entourage familial, amical et scolaire, avalanche de t’as-qu’à, de préjugés, de platitudes plus ou moins bienveillantes et aussi universelles qu’inopérantes. Trop souvent hélas, la réponse des professionnels se réduira essen- tiellement à rendre responsables et culpabiliser les parents des difficultés de leurs enfants : ils ne sont pas assez ceci ou trop cela et/ou à affubler l’enfant de pathologies aussi diverses qu’injustifiées (hyperactif, autiste, dys..., dépressif, etc.), toutes attitudes ayant le grand avantage de récuser toute responsabilité pédagogique.
        Alors, seuls avec leurs difficultés, démunis, culpabilisés, comment parents ou adultes concernés peuvent-ils trouver les solutions aux problèmes posés ? Comment abréger ce parcours du combattant ? Comment passer du subir à l'agir dans une vision plus sereine ? Cela passe par un certain nombre d’étapes dont le franchissement peut demander une aide extérieure ajustée :

On pourrait penser que le surdoué adulte ne serait plus concerné par ce registre, il n'en est rien hélas trop souvent. Les perturbations d'origine familiale ou sociale restent prégnantes, portées par des pensées récurrentes dont il importe de prendre conscience pour mieux les dépasser et s'en libérer.
          Les parents eux-mêmes surdoués ne sont pas automatiquement mieux lotis dans leur approche éducative. Trop souvent le souvenir de leurs difficultés d'enfant les amène à calquer le devenir de l'enfant sur leur propre passé et à concevoir une reconduction automatique de la situation vécue : « J'ai sauté une classe, ça c'est mal passé, je ne veux pas que mon fils subisse la même galère ! », là aussi pensée récurrente. Oubliant que leur enfant n'est pas un clone d'eux-mêmes et la situation identique.

Notre réponse passe par trois étapes :
1/ l'analyse des problématiques posées à la famille par l'enfant et/ou à l'enfant par la famille ou l'école dans la gestion du quotidien familial, scolaire, paritaire, fraternel... ;
2/ le repérage des pensées récurrentes parentales comme celles de l'enfant;
3/ l'élaboration de préconisations spécifiques ouvrant sur un accompagnement ciblé en douistique, en entretien proximal ou télé-entretien, pour amener la famille, par une compréhension globale, à l'autonomie de gestion du quotidien et des crises.
4/ une mise en commun des objectifs et méthodes pour ne pas créer de distorsions et en informant régulièrement les parents des avancées de l'enfant et des modifications nécessaires du plan prévu quand il en est besoin.

Là aussi, il n'existe pas de méthode universelle garantie, mais une aide singulière, ciblée sur ce parent-là, sur cette famille-là, sur son évolution particulière et celle de son enfant.