Sommaire

Table des matières

9. Surdouement et formation
   9.1. Du vide...
   9.2. à une formation...
   9.3. Organisation générale
   9.4. Contenus des 3 Niveaux

 

Notes

[1] Marronniers : en journa- lisme c'est un thème relatant un évènement récurrent et prévisible.Par exemple, cha- que année, le plus jeune bachelier de France.  Qu'il soit en version misérabiliste ou dithyrambique, le traitement en est simpliste et rebattu.






























9. Surdouement et formation


 9.1. Du vide, de la pénurie, des fausses représentations ...

Répondre avec pertinence et efficacité aux difficultés des personnes surdouées, enfants, adolescents et adultes, comme à leurs parents et leurs enseignants, implique une bonne connaissance de leurs spécificités et de leurs différentes problématiques, comme des réponses éducative pédagogiques et sociales adaptées ou pernicieuses.
 
L'information des parents résulte, le plus souvent, de la lecture de quelques articles publiés dans la presse écrite, de quelques reportages télé sur le sujet ou de blogs sur Internet. Le domaine fait souvent partie des marronniers [1] de l'été. La faible connaissance des journalistes du sujet les amenant à rechercher le sensationnel (petit génie !) ou le misérabilisme (pauvre petit). Quant aux livres, ils  sont, le plus souvent, réduits à la seule expérience des auteurs (quand ceux-ci ne sont pas plus soucieux d'audience que de réalités).
        Les études scientifiques récentes, notamment neuropsychologiques, sont ressenties comme trop ardues, leur vocabulaire trop complexe et les tableaux rébarbatifs. Aussi, bien qu'essentiels à la bonne compréhension des choses; sont-ils très peu consultés.

Les cursus de formation des professionnels (psychologues, pédopsychiatres, enseignants, etc.), quand ils ne dénient pas tout simplement le surdouement, ne l'incluent que fort rarement ou bien peu dans les contenus enseignés. Ainsi, les professionnels se trouvent-ils trop souvent aussi démunis – sur ce point – que les parents qui viennent leur demander aide et conseil. Il va de soi qu'une telle situation ne peut mener qu'à des diagnostics erronés (pathologisation) ou insuffisants (absence de déficience, donc tout va bien) et, partant, des prises en charge inadaptées, quand elles ne sont pas aggravantes. Par ailleurs, les rares enseignements délivrés en ce domaine restent laconiques, basé sur des conceptions pathologiques inappropriées ou sur des études souvent très discutables quant au choix des populations étudiées ou au manque de discrimination conceptuelle (confusion aptitudes/talent, par exemple), quand il ne s'agit pas de simples prises de position idéologiques (égalitarisme, etc.).


 9.2. ... à une formation spécifique

Selon notre approche, une formation digne de ce nom, dans ce domaine doit répondre de cinq critères :

• 1. Scientifique et transdisciplinaire
Ce n'est qu'à partir d'un corpus scientifique et d'une expérience plurielle que peut se construire une formation qui ne fasse pas pièce de la complexité, tout en la rendant intelligible et opérationnelle. Ce corpus se doit d'être transdisciplinaire. Il ne s'agit pas de se réduire à un seul auteur, ou un seul domaine scientifique, mais de mettre en lien différentes approches bio-psycho- sociologiques, sans omettre les approches résultant du bon sens élémentaire. Si les travaux de la recherche récente sont essentiels, un rappel aux textes plus anciens : Socrate, Descartes et alt... n'est pas non plus superflu.

• 2. Segmentée
La complexité du domaine impose un cheminement pas à pas, d'où la partition en modules (12 en niveau I, 5 en niveau II). Ces différents modules complémentaires correspondent aux divers aspects du domaine. Seul l'ensemble peut apporter une compréhension globale et, partant, une aide mieux adaptée, loin des simplismes réducteurs ou élitistes. Si les niveaux I et II apportent les bases conceptuelles, le niveau III vise l'opérationnel, c'est-à-dire l'acquisition et la maîtrise des outils d'investigation et d'analyse des problématiques et de l'accompagnement des personnes surdouées.

• 3. Individualisée
Dans un domaine aussi complexe et susceptible de soulever bien souvent des résonances personnelles, une telle formation ne peut se contenter du cours magistral.  Elle se doit d'être individualisée, en fonction des attentes et des besoins de chacun. Les entretiens individuels permettent de compléter l'apport initial en fonction de la personne formée, de préciser certains points, de relier l'apport avec son expérience individuelle, mais également d'améliorer ou de compléter les contenus.
La formation est aussi un échange permanent.

• 4. Élargie
Le surdouement apparaissant dans toutes les cultures, pour répondre aux demandes francophones, européennes et plus lointaines notamment africaines, nous adaptons les tarifs en fonction des réalités économiques locales, sans diminution de qualité ou de contenu. Cette ouverture offre une occasion d'enrichir les contenus des situations culturelles et réglementaires locales.
        Nous ne faisons pas de discrimination entre publics concernés : responsables associatifs, professionnels de l'éducation ou de la santé, étudiants. Nous pensons que la diversité des participants ne peut, là aussi,  qu'enrichir la formation.
      Si aucun diplôme n'est demandé à l'entrée en formation, il va de soi qu'un minimum de niveau est souhaitable, ainsi qu'une bonne connaissance du français (international) et une bonne motivation pour le domaine.

• 5. Informatisée
La dispersion géographique des demandes, tant en France qu'à l'étranger, a impliqué très tôt la mise en place d'une formation à distance. Tous nos écrits et nos outils sont donc informatisés à cette fin. La visio-conférence, par Internet, permet une relation pédagogique régulière, mais également à la demande, malgré la distance.

Sommaire  •  ThémathèqueHaut de page